St-Valentin… ou l’amour de soi!

Ah février, le mois de l’amour! Les amoureux sont amoureux comme jamais, les célibataires essaient de se convaincre qu’elles sont bien seules et les vieux couples se rappellent qu’ils s’aiment une fois par année, à coup de petites attentions vite oubliées parmi les obligations du quotidien.

Le grand amour, ce qu’on le cherche. Un swipe à droite entre de multiples à gauche. Le mirage de l’amour parfait. Celui avec un grand A. Mais on a une liste de critères interminable. On cherche celui qui nous complètera ou, pire encore, nous rendra heureuse, nous sauvera de notre quotidien morose. Une bien lourde responsabilité pour la personne chargée de votre bonheur. On cherche un band-aid pour nos bobos passés. C’est plus simple que de travailler à les guérir et à s’en libérer, hein?

Le plus grand amour de votre vie, ça devrait être vous-mêmes.

C’est la seule personne avec laquelle vous allez passer chaque heure, chaque minute, chaque seconde du reste de vos jours. Comment peut-on espérer aimer autre humain quand on ne s’aime pas?

Ce corps, je l’ai détesté, malmené, au point de m’en rendre malade. Puis je me suis surprise à le détester encore plus parce qu’il ne me soutenait plus, ne me permettait plus d’accomplir tout ce que je voulais. 

C’est comme un amoureux qu’on malmène. On doit s’attendre à ce qu’un jour ou l’autre, il nous largue dans les pires moments, parce qu’il en aura eu marre. Diriez-vous à un amoureux toutes les saloperies que vous vous dites mentalement? 

Mais ce que c’est narcissique de s’aimer! Croyance limitante imposée par le cadre actuel de la société. Lorsqu’on ose affirmer se sentir belle, les murmures affluent: «Mais pour qui elle se prend? Voir qu’elle se trouve belle! Une telle est vraiment plus belle quelle. Regarde les photos qu’elle publie.»

N’est-il pas malsain que même entre nous, les femmes, il règne une jalousie, une volonté de réduire l’autre plutôt que l’encenser? Et en fait, c’est très révélateur de notre personne. Parce que je me sens belle, j’ai envie de dire à toutes les femmes de la terre qu’elles sont belles, chacune à leur façon. Mais quand on se sent petite, pas assez, forcément, l’égo veut réduire à néant les autres pour en arriver à se sentir du moins à la hauteur.

S’aimer, ça veut dire se trouver belle, à l’intérieur comme à l’extérieur, réaliser qu’on a tout le mérite du monde, se pardonner nos petites imperfections car, en bout de ligne, elles font toute notre unicité. Mais ça veut aussi dire prendre soin de soi. Panser soi-même ses bobos au fur et à mesure parce qu’on a conscience qu’autrement, ils vont emmerder tout le monde autour de nous. Ça devient une responsabilité sociale, prendre soin de son univers intérieur, afin qu’il rayonne plutôt que d’assombrir toutes les âmes qu’il croise.

Alors en ce jour de la St-Valentin, je nous souhaite tous un peu plus d’amour et de tendresse envers nous-mêmes.

Article précédent
Prochain article

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply